Fin d’une étape!

C’en est fini de la traversée du massif du Mont Blanc!

Dod et Tronc sont arrivés, heureux, au col du Chatelard sur la route qui va de Chamonix à Martigny en Suisse, en début d’après-midi.

Ils ont savouré les derniers moments de leur parcours: pas de « manip » de cordes sur les arêtes bien qu’il y ait de l’escalade et de la desescalade, des pentes parfois très raides mais pas de  » bartasse » affreuse. La frontière est bornée à partir de la Tête de la Balme et les Suisses entretiennent dans la forêt une bande défrichée de 10 mètres de large tout le long de leur limite! Nos alpinistes ont eu le plaisir de découvrir une borne magnifique datée de 1738! Et une autre très caractéristique datant de 1891! (cf convention du 10 juin 1891 entre la Suisse et la France relative à la délimitation de la frontière entre le Mont Dolent et le lac Léman )

Cécile et Pascal Prost (Snef Lyon) les ont rejoints au col de Balme et les ont accompagnés sur la frontière jusqu’au Chatelard.

Repos demain: des orages sont prévus dès le jeudi matin. Or l’étape suivante est la remontée du canyon de Barberine…

Publicités

Histoire incroyable…

15h aujourd’hui: message de Dod: ils seront bien au col des Grands ce soir ce qui n’était pas forcément gagné…

10h30: toute l’équipe est au col du Tour. Dod et Tronc s’apprêtent à partir pour l’Aiguille Purtscheller. Très tôt ce matin, Jerem et Romain se sont encordés à Dod pour gravir la Petite Fourche.

Hier le tandem Dod-Tronc après avoir escaladé la Grande Fourche estime qu’il est trop tard pour l’ascension de la Petite Fourche. Ils décident de couper par les glaciers pour regagner le col du Tour où Jerem et Romain ont laissé le matériel de bivouac et la nourriture. Mais impossible de trouver le col: du côté ouest (côté refuge Albert Ier) il y a de grosses barres rocheuses et la rimaye est béante. Par ailleurs il y a le vrai col du Tour qui ressemble à un grand plateau et le col supérieur du Tour. La nuit va bientôt tomber et le matos de bivouac reste introuvable. Tronc finit par téléphoner à ses amis du PGHM pour qu’ils appellent via la radio, le refuge du Trient où Jérem et Romain vont passer la nuit. Sauf que le gardien du refuge est excécrable et qu’il refuse de laisser sa radio à Jerem et Romain pour qu’ils expliquent où est le matériel! Il refuse même de leur prêter ses jumelles pour qu’ils essaient de repérer Dod et Tronc! Ces derniers erreront une partie de la nuit avant de trouver le bon col et le matos…

Retour sur les dernières journées

L’équipe du Dodtour est au refuge d’Argentière depuis mercredi soir (24/8), chouchoutée par Béatrice et Fred les gardiens, à l’abri des intempéries: orages violents jeudi, bourrasques de vent vendredi et ce matin 5 à 10 cm de neige à l’altitude du refuge.

Cet après-midi Tronc est aux fourneaux: il cuisine du cerf pour le dîner. Quant à Dod, Romain et Jerem ils regardent Matrix sur l’ordinateur de Fred!

Retour sur les étapes précédentes.

Depuis le col du Triolet, il a fallu 2 longues journées à Dod et Tronc pour parcourir tout le fond du bassin d’Argentière. Itinéraire compliqué et engagé.

Le lundi (22/8), ils traversent les Petites Aiguilles du Triolet, le Triolet, les pointes du Domino et du Pré de Bar, puis le  Dolent: le point triple frontalier entre la France, la Suisse et l’Italie. La météo est moyenne: un éclair claque sur le sommet du Dolent alors que Dod et Tronc sont 100 mètres dessous en train d’installer les rappels de descente. Cette fois, ils trimballent tout le matériel de bivouac avec eux : ça alourdit les sacs et ralentit la progression mais ils ont une tente qu’ils montent sur une vire neigeuse pour la nuit.

Au programme du mardi (23/8), Aiguille de l’Amône, Aiguilles Rouges du Dolent, des arêtes très déchiquetées, pas mal d’escalade: ils arriveront après 20h au col d’Argentière fatigués et amochés. Dod s’est pris une pierre sur l’épaule dans un rappel où le rocher était particulièrement pourri: pas de conséquence grave mais il s’est bien fait sonné. Quant à Tronc, en coupant de la corde pour faire des anneaux de rappel, son couteau fétiche a ripé… ce qui lui a valu de finir la journée sanguinolent avec une bonne estafilade sur le nez…

Jérem et Romain sont montés mercredi matin (24/8) au col d’Argentière pour récupérer le matériel de bivouac. Ils ont été surpris de trouver Dod et Tronc encore sous la tente à 8h: ils s’accordaient petite grasse matinée après les gros efforts des jours précédents!

Le départ a donc été tardif pour la traversée sud-nord du Tour Noir et de l’Aiguille de la Neuve.

Au col du Tour Noir, Dod et Tronc sont quand même bien « fracassés »: il faut rester très concentré et très vigilant sur ces parcours d’arêtes, le rocher est pourri la plupart du temps, c’est éprouvant physiquement. Par ailleurs la météo prévue pour les jours suivants n’est pas très bonne. Le refuge d’Argentière n’est pas difficile d’accès depuis le col de Tour Noir. Ils décident donc de le rejoindre par le glacier des Améthystes.

Comme «gros morceau», il reste l’Aiguille d’Argentière: Dod et Tronc vont donc attendre au refuge de bonnes conditions météo pour repartir, sans doute demain dimanche.

Ensuite, ils devraient retrouver des zones à priori plus fréquentées et plus accessibles.

Quant à Jerem et Romain, ils se sont offert un beau tour en hélico mercredi depuis le refuge d’Argentière! L’empreinte carbone du Dodtour en aura pris un coup… Des géologues ont été héliportés tôt ce jour là dans le cadre de la vérification de la sécurité des constructions en haute montagne. L’hélico devait descendre à vide, Jerem et Romain devaient descendre en vallée pour récupérer du matos…!

Récit de Pablo Bloc

Mercredi 10 aout  – 5h / départ  de l’Argentière, Hautes-Alpes, dans le pick-up de Tronc, sûrement l’une des parties les plus dangereuses du voyage !

13h / on pose DOD, Tronc et Charlie Buffet dans le Val Veni près de Courmayeur. On passe le reste de l’après-midi à ranger le 4×4, déjà !!!!!

Jeudi11 aout – 8h / départ pour Helbronner, direction refuge Torino puis le bivouac de la Fourche. Après maintes discussions avec le gardien, on peut enfin laisser un sac de nourriture à l’attention de DOD et Tronc au refuge Torino et mettre les crampons, direction la Fourche.

Arrivée vers 11h au bivouac de la Fourche, après avoir laissé soigneusement nos bâtons au pied des petites goulottes d’accès : ce sera la dernière fois que l’on verra la couleur des bâtons de Jerem !!!

On patientera jusqu’à 14h juste le temps de voir DOD, Tronc et Charlie attaquer la descente de la Kufner au Mont Maudit. On n’arrivera que vers 20h dans le Val Ferret, ça bouchonne dur dans le téléphérique !!

Dénivelé : 300 m. Poids porté : 15 kg chacun.

Vendredi 12 aout – 8h / p’tit dej’: le dernier repas avant le souper! Et oui, à porter, on en oublie la faim.

11h / on attaque la montée du bivouac Gervasutti : 1 200 m de dénivelé en temps normal mais plutôt 1 500 m pour nous avec des traversées de torrents épiques. Après une petite pluie des Alpes du Nord (!) on arrive enfin au bivouac.

Dénivelé : 1 500 m. Poids porté : 25 kg + notre matos.

Samedi 13 aout – 4h45 / lever, départ 5h15 direction le Col des Petites Jorasses. C’est en arrivant là-haut que l’on s’est vraiment rendu compte de l’immensité du projet de DOD. On arrivera à Cham seulement vers 21h après avoir résisté à l’attirance des crevasses et à la folie des bouchons sur la route !

Dénivelé : 900 m. Poids porté : 17 kg.

Dimanche 14 aout et lundi 15 aout / deux journées à faire le tour des troquets et des magasins à Cham. On n’en peut plus: « c’est quand qu’on remonte ? »

Mardi 16 aout / enfin on reprend nos sacs et on part en direction du refuge de Leschaux, un super accueil et de super rencontres.

Dénivelé : 500 m. Poids porté : 10 kg

Mercredi 17 aout – 5h / lever puis départ pour le Col de Pierre Joseph…à l’aventure totale : on verra bien où ça passe ! On croise quand même deux cristalliers qui veulent nous envoyer de l’autre côté de la vallée quitte à nous envoyer au casse-pipe mais on leur tient tête et on arrive au Col de Pierre Joseph. Jerem aura du mal à digérer cette rencontre. Direction le refuge du Couvercle où l’on passe la nuit.

Dénivelé: 1 100 m. Poids porté : 5kg

Jeudi 18 aout – 4h30 / p’tit dej’ et départ pour le Col du Triolet. On vient buter en vue des séracs menaçants, « Allo Véro, on sait pas si on va pouvoir passer ! »

Après 2h à attendre que le temps passe, on trouve le passage. On arrivera à accomplir notre mission. La dernière pour moi. Je laisse, avec regret, ma place. Romain va me remplacer jusqu’au Léman.

Dénivelé : 1 000 m. Poids porté : 5 kg

Bon vent à eux !

Check point de DOD via Véro Daudet

aujourd’hui – midi / Pablo, qui passe prochainement l’examen d’entrée au monitorat d’escalade, a laissé sa place à Romain. Ce matin, Romain, Jeremy et Bertrand Delapierre montent au col de Pierre Joseph et devraient y retrouver DOD et Tronc.

aujourd’hui – 21:20 / « Une très belle journée, on s’est régalé ! Au menu de cette journée : l’Aiguille de Leschaux dont la descente constituait un peu le crux du jour, l’Aiguillon et l’Aiguille de l’Eboulement : le coin des cristalliers. D’ailleurs, on a fait la cueillette sous la houlette de Tronc, fin connaisseur !

Arrivée au col de Pierre Joseph en même temps que Jerem, Romain et Bertrand Delapierre, qui va bivouaquer avec nous pour filmer demain. Quant à Jerem et Romain, ils étaient super pressés de redescendre au bivouac du Jardin de Talefre où ils ont rendez-vous avec deux jeunes accompagnatrices. »

:)

Check point de François Carrel

Samedi 13 aout, une grosse et longue journée pour Dod et Tronc : traversée d’une belle portion d’arêtes transfrontalières entre France et Italie, au dessus du glacier du Géant. Ils enchainent, toujours sur le fil ou presque, l’Aiguille d’Entrèves, l’Aiguille de Toule, le Grand Flambeau, la Pointe Helbronner, les Aiguilles marbrées puis enfin, la Dent du Géant.

Rien de bien difficile techniquement, mais un terrain parfois très instable… et très rarement parcouru !
Les photos sont de François Carrel (journaliste, envoyé spécial du quotidien Libération) et de Bertrand Delapierre (réalisateur indépendant) qui les ont accompagnés durant cette longue journée.

Dimanche et lundi, en raison d’une perturbation, c’est repos au refuge Torino pour la cordée du Dodtour… avant la traversée des Grandes Jorasses, prévue mercredi.

Consultez la galerie photo sur Flickr !

Let’s go !

Dod, Tronc (Phil Pellet), Pablo et Jérémy sont partis ce matin à 5h, direction Chamonix où ils ont laissé du matériel chez un ami, récupéré les topos de Phil Batoux et retrouvé Charlie Buffet.
Charlie accompagnera la cordée Dod/Tronc jusqu’au sommet du Mont-Blanc, Pab et Jérem assureront les ravitaillements aux différents bivouacs.
Visite à Yan Giezendanner pour un point météo: à priori beau temps jusqu’à dimanche mais grosse perturbation lundi et mardi.
Plus question d’atteindre le sommet du Mont Blanc par la Super Intégrale de Peuterey: ça prendrait trop de temps, les créneaux de bonne météo sont trop courts. L’idée est donc de monter au Mont Blanc par la voie normale italienne et de passer les hauts sommets avant la nouvelle perturbation.

Le programme serait le suivant:
– mercredi : montée au refuge Gonella,
– jeudi: route des Aiguilles Grises, sommet du Mont blanc, descente de la Kuffner ( en espérant que ça aura été tracé!) et nuit au bivouac de la Fourche ( ça va nous calmer!!!)
– vendredi : traversée de la Tour Ronde etc…nuit au refuge de Torino,
– samedi : traversée des Marbrées, Dent du Géant, Aiguille de Rochefort, nuit au bivouac Canzio,
– dimanche : traversée des Jorasses et « run for cover » au bivouac Gervasutti. On attendra là que le mauvais passe.

Si jamais la perturb arrive plus vite on pourra aussi stopper à Canzio ( mais ce sera moins bien de reprendre par les Jorasses…)

Et après on verra!!!

A bientôt DOD.