Nouveau récit de Morgan

Gavarnie, le 19 Mai 2012

Les copains étaient là la journée du lundi 7 Mai, jour du départ du col du Pourtalet après cinq semaines d’attente. Ce temps d’attente aura été une initiation à la patience, chose pas évidente quand l’on vit l’aventure près de chez soi.
La présence de Damien Lacaze, Rémi Thivel et Xavier Giraudet nous a aidé à nous relancer pour continuer la traversée.
Les premiers jours étaient difficiles à cause du temps plus qu’humide et de la neige tombée les jours précédents. Nacho et Matéo nous ont porté le jour même au Col de Sobe : réchaud, tente, nourriture, duvet et tapis de sol (sauf le mien!). Les conditions étaient difficiles, il y avait du vent, il avait neigé par moment et nous étions quatre dans une tente trois places !
Le lendemain nous nous encordons à quatre sur la même corde pour redescendre le Pic d’Arriel. Il y avait du brouillard et pas mal de neige sur l’arête. Nous avons décidé de descendre au refuge d’Arrémoulit. Nous étions bien mouillés, les chaussures de Damien étaient trempées et mon duvet avait prit l’eau. On se pose des questions : arriverons-nous à aller jusqu’à l’abri Michaud au pied du Balaïtous le lendemain? Impossible ! Nous décidons de rajouter une journée et de rationner un peu la nourriture (heureusement il y en avait de laissée au refuge). Nous sommes donc partis légers le lendemain pour grimper le Palas et revenir au refuge.

La suite sera plus agréable, le moral des troupes resté au beau fixe a fini par faire revenir le soleil et on en profite pour faire sécher les affaires. Quel plaisir de boire du Coca déposé avec la nourriture par nos chers porteurs au Col Noir ! Cette traversée ne pourrait se faire ainsi sans eux, c’est un véritable travail, un travail d’équipe qui demande beaucoup d’organisation.

Vers 15h le soleil est radieux au sommet du Balaïtous et nous faisons une belle plate-forme avec nos pelles pour un bivouac quatre étoiles. Après de grandes négociations avec Martin, nous décidons malgré ses ruminations voire insultes de mettre le réveil à 4h30 car la journée du lendemain s’annonce longue. Non, ce n’est pas une mince affaire l’Arête du Costérillou et celle du Diable avec les sacs que l’on a. Il a fait incroyablement chaud durant cette journée sur les arêtes. Alors que Dod et Martin courent sur les arêtes, Damien et moi évoluons sereinement en profitant au maximum du cadre somptueux qu’offre le massif du Balaïtous.

Damien nous a quitté au col de la Peyre St-Martin comme prévu. J’ai beaucoup apprécié sa présence très discrète durant ses quatre jours. Même dans le crux de la journée alors que l’on est à fond, il trouve le temps de se rouler une clope sans que cela nous retarde !

En deux jours nous arrivons au pied du Vignemale. Nous décidons de quitter la frontière et de rejoindre le refuge des Oulettes. Après les grosses journées accumulées, nous salivons à l’idée de boire une bière fraîche, de se faire servir un bon plat chaud… Nous laissons toutes nos affaires au col des Oulettes et descendons à fond comme des gamins direction le refuge. Plus nous approchons, plus nous sommes excités à l’idée de ce que l’on va se mettre dans le ventre… Sauf que les volets de la cuisine sont fermés et que le gardien n’est pas là ! La déception et la colère nous rattrapent ! Nous avons tout laissé au col. Heureusement des Espagnols sont là, leur générosité est à la hauteur de leur gentillesse et ils nous donneront largement de quoi dîner.

L’escalade de l’Arête de Gaube se fera dans une ambiance hivernale. Martin a grimpé les longueurs du haut de l’Arrête de Gaube pas faciles dans ces conditions (pas de topo, vent du nord saisissant, gros sacs…) Malgré tout nous passons quatre heures à gravir le Vignemale et quand nous sortons de la face Nord il n’y a plus le moindre souffle d’air. On a l’impression de sortir d’une bataille ! Nous cassons la croûte, ça fait du bien car le petit déjeuner était quand même léger !

La suite est gratifiante, nous enchaînons les sommets à trois milles mètres d’altitude entre la Pique Longue et le Pic du Milieu après le Grand Tapou. Ca fait du bien au moral d’avancer rapidement sur les crêtes, chose très rare ! Cependant en fin de journée, après la brèche du Tapou nous rencontrons trois tours à escalader et désescalader, nous demandant de nouveau une concentration extrême.
Arrivé au Port du Plat d’Aube, là où nous posons le bivouac, une agréable sensation d’avoir bien travaillé nous envahit. Le lendemain nous serons au Port Boucharo au dessus de Gavarnie et nous déciderons de nous reposer une journée avant d’attaquer la traversée du cirque. Nacho et Matéo nous attendent avec le camion pour nous descendre au gîte Caf de la Grange de Holle où les gardiens Joseph et Catherine nous accueillerons chaleureusement.

J’ai l’impression de sortir d’un univers et d’entrer dans un autre. La musique du camion de Matéo me fait planer à dix milles kilomètres, mes sens sont déployés plus que dans la vie quotidienne. Ce n’est pas anodin de passer dix jours en montagne, loin de la civilisation, du confort matériel, de toutes informations (politiques…), sans téléphone ni ordinateur…

Je trouve notre cordée très riche humainement. Dod nous entraîne dans un très beau voyage à l’intérieur de nous même. La présence de Martin me fait penser à celle d’un grand frère, son attention et son écoute me donne de la confiance et son humour me fait garder le sourire dans les moments difficiles. Merci les gars ! Merci aussi aux copains qui s’intéressent et nous soutiennent à travers cette expérience !

Le voyage continue !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Nouveau récit de Morgan »

  1. Salut Morgan et tous les autres,
    mary me fait passer le lien et je vous regarde un peu de loin, étant également passionnée de montagne.que de paysages connus et moins connus,de sensations, d’images, de couleurs…continuez à nous faire réver.
    Michèle – cours de yoga Foix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s