Dodicaces Méditerranée

A Véro, sans qui le Dodtour ne serait pas, qui s’est une nouvelle fois débattue pour que « tout roule »
A Léo et Rémi: fiston et amis de Lapin, à Delphine , et à Christine Mougin qui ont assuré avec brio l’assistance kayak/pirogue.
A Lapin (Gilles Lelièvre), Olivier Combes, Eric de Palavas, Lionel Mougin, mes compagnons de rames (et de galère… !)
A toute l’équipe du Yéti de Montpellier (http://www.le-yeti.net/): Mickaël Rouault, Jules Assemat et Hélène pour la belle soirée barbecue à Palavas.
A la famille Pessonnier/ Coloumines, venus me surprendre sur une plage de l’Esterel.
A Marie Pellé, Lulu (Steph Lucchini), Fabien Leleyter, TOP zodwoman ou zodmen , et parfois aussi grimpeurs.
A mes compagnons de cordées des Calanques, vieux fidèles ou nouveaux : Marie et Lulu, Norbert, Seb Foissac, Maxime Jacquemont, Seb Fabre.
A Jean-Claude Déoune pour une première matinée dans les Calanques.
A Meliha de la Snef, qui se sera débattu avec la location du zodiac…
A Thomas le webmaster : prend un peu de vacances !
A Toto, Peyo encore Lulu, base-jumpeurs venus sauter pour le dodtour : dommage que cela ne l’ait pas fait à cause du vent.
A Xav Tranchant, qui comme dans l’Arête Haut-Alpine, m’aura débloqué une situation critique à la dernière minute !
A Henri Vincens, auteur d’une traversée des Calanques « ultimate » au ras de l’eau, qui m’aura énormément tuyauté sur les Calanques : chapeau et merci.
A Philippe Matthews de la Pointe Rouge qui nous a ouvert les portes de son garage: merci! Et merci à Oliv Broumault pour la mise en contact!
A tous ceux qui se sont démenés pour trouver un voilier pour la Corse : Eric Loizeau, Alain Gabbay de la Ciotat, Patrick Derreumaux.
A Manou, Fred Glo et l’équipe de Tribe pour la soirée soupe au pistou super sympa !(http://www.tribesportgroup.com/)
Au club de kayak de Palavas-les-Flots et à l’école de voile de Lalonde les Maures, pour le superbe accueil.
A Fred Pieri du Xridair team et Héléna pour le sympathique camp de base Alpes-Maritimes.(http://www.xridair.fr/)
A Daniel Villaret skipper du bel Aranui, et à David Picamoles sponsor (http://www.tekosocks.com/ & http://feathercraft.com/ ) et surtout amis pour tous les bons moments passés ensemble sur la partie Corse. Mille mercis d’avoir joué le jeu du Dodtour et de son spirit jusqu’au-boutiste, tout ça malgré les conditions de vent!!! A quand une traversée de l’Atlantique ensemble ???
A Romain de la capitainerie de Hyères, et monsieur Mariani de la capitainerie de Calvi, pour l’accueil.
A la famille Pilliard de la Trinité-sur-Mer croisée en voilier au large de la Corse !
Mention spéciale à Lapin qui aura fait le début et la fin du pourtour méditerranéen, et la traversée aller en Corse (avec une journée de 10h de rames) : Hot Rabbit que j’aime…
Et à tous les plagistes interloqués par notre passage sur le littoral !!!

4 jours de pirogue dans les eaux (pas toujours) turquoises des côtes varoises – Lionel Mougin.

Fin du boulot à 17 h , chargement de la pirogue et avec Christine direction La Ciotat, hyper motivé pour ce projet d’accompagner Dod à longer l’ensemble des côtes par la mer (puisque par la terre au vu de la saison et de la géographie des lieux, ce n’était pas très intéressant pour lui) . Longer avec Dod, c’est longer ! Ce n’est pas suivre comme on a l’habitude de faire en kayak, du coup même si je connaissais quasiment l’ensemble de l’itinéraire, j’ai encore plus « exploré » et même découvert de nouveaux trucs jamais vus auparavant !!! On a suivi presque tout du long à 50 m du bord sauf au droit des plages quand il y avait les bouées et on rentrait dans les criques que lorsqu’on pouvait tourner au fond sans manoeuvrer.
Le découpage des 4 jours s’est programmé en fonction des jours de congé que l’on a pu poser avec mon épouse, de la distance que l’on pensait parcourir, des haltes possibles dans des coins sympas … Restait à avoir une météo clémente …
Jour 1 : La Ciotat – Saint Mandrier – 57 kms – dont 10 kms avec la voile et 8 h de rame
A noter que l’on n’a pas pu faire le tour de la rade de Toulon car interdite aux kayak, on a même été en infraction sur quelques kms pour arriver et partir de Saint Mandrier.
http://www.calculitineraires.fr/index.php?id=213417#map
Jour 2 : Saint Mandrier – La Londe Les Maures – 59 kms – dont 10 sous voile et 9 h de rame
Arrivée au club de voile et accueil chaleureux avec un verre de sangria maison, l’atelier pour faire un peu de résine ( car Dod parait-il porte la poisse aux gouvernails! ) et une nuit dans l’enceinte fermée du club , super sympa et merci à toute l’équipe du club!!!
http://www.calculitineraires.fr/index.php?id=213418#map
Jour 3 : La Londe – L’Escalet – 58 kms pas de voile sauf a l’arrivée pour la photo, léger vent dans le nez et 10 h de rame. Arrivée chez des amis à Dod (Fred Glo et son équipe): le pied ! Le coin est calme ! Beau ! Le soir, la soupe au pistou a été mémorable ! Le tout suivi d’une « tropézienne » toute fraîche: on avait des réserves pour la dure journée du lendemain après une nuit « trop » courte!!!
http://www.calculitineraires.fr/index.php?id=209764#map
Jour 4 : L’escalet – Port Miramar – 80 kms – 5 kms sous voile mais pas top – du vent 2/3 dans le nez tout du long – beaucoup plus de monde – mais fin formidable dans l’Esterel au couché du soleil après plus de 12 h de rame et pose glace à Agay avec des amis de Dod qui nous ont vu passés (Christine Pessonier, Laurent Coloumines et leurs enfants).
http://www.calculitineraires.fr/index.php?id=213420#map
Voilà en chiffres le « périple » et voici en lettres les impressions :
La navigation à raz le bord a été plus difficile au droit des caps et des falaises car le ressac était bien présent suite à une houle résiduelle du coup de vent des jours derniers. On a aussi subi presque tout le long de la dernière étape les « vagues du vent » car chose drôle même si le vent était dans le nez vu que l’on navigue parallèlement à la côte les vagues étaient de travers.
Sinon il y a toujours quelques chose à voir et la navigation n’a été à aucun moment monotone.
J’ai apprécié le calme du matin et dans la journée les longs moments de silence durant lesquels même si on est deux sur le bateau, on n’a pas besoin de parler et on peut donc chacun s’échapper dans ses propres pensées .
A l’inverse des moments de silence comme cette fin de journée au soleil couchant où les côtes sont de nouveau presque désertes et où l’on prend le temps de ramer plus cool et de discuter.
Sinon personnellement j’ai apprécié durant toutes les journées sans faillir le coup de pagaie de Dod, la pirogue à fait des bonnes moyennes sur une telle distance et dans des conditions pas toujours favorables. Je crois que de toute ma vie en 4 jours je ne reverrai jamais autant de maillots de bain ( ou pas ) et heureusement on n’a accroché que deux lignes de pêcheurs et on s’est fait engueuler qu’une seule fois.
PETIT compte rendu ( c’est pas le lieu pour parler de l’état de nos côtes… ) et GROS SOUVENIR !